Les caricatures de la semaine : Hu Jintao et la tuerie de Tucson à l’affiche

Voici une sélection des caricatures anglophones de la semaine. Parmi les sujets récurrents, on trouve la visite très commentée du président chinois aux Etats-Unis ou encore la tuerie de Tucson en Arizona, qui a fait six morts et quatorze blessés.

Chine/Etats-Unis: où en est le rapport de force ?

Beaucoup d'encre a coulé sur la dépendance financière des Etats-Unis vis-à-vis de la Chine (Rob Roger/The Pittsburgh Post-Gazette)

Les Etats-Unis voulaient néamoins affirmer leur autorité sur divers sujets lors de cette rencontre (Patrick Chappatte/IHT)

Mais quel sujet a primé au final ? Le business ou les droits de l'homme ? (RJ Matson/Roll call)

Fusillade: les Américains face à leurs contradictions

La gâchette, mode d'expression aux Etats-Unis ? (Mike Keefe/Denver Post)

Chaque fusillade relance le débat sur les armes à feu aux Etats-Unis (Steve Breen/ The San Diego Union Tribune)

On connaît le camp de Sarah Palin sur la question (Milt Priggee/Seattle)

 

Divers

Les Républicains s'entêtent à vouloir renverser la loi d'assurance-santé d'Obama au Sénat (Steve Sack/The Minneapolis Star-Tribune)

Le livre de la sino-américaine Amy Chua sur les bienfaits de l'éducation sans compromis "à la chinoise" fait polémique. Quoique la Chine n'est pas toujours si sévère que cela... (Adam Zyglis/The Buffalo News)

 

Ben Ali n'a pas eu le temps de tenir ses "promesses" (Patrick Chappatte / The International Herald Tribune)

Pour plus de caricatures, rendez-vous sur cagle.com.

Publicités

Hu Jintao aux Etats-Unis: un sénateur prononce le mot tabou

Alors que Barack Obama déploie des trésors de diplomatie avec le président chinois Hu Jintao, actuellement en visite à Washington, le sénateur Harry Reid a qualifié ce dernier de « dictateur » lors d’une émission politique, tentant ensuite de se raviser. Trop tard, le mot est lâché…

Harry Reid (UNLV Photo Services / GERI KODEY / Flickr / CC)

Drôle de parallèle. Tandis que le président américain Obama se préoccupe d’éviter toute gaffe protocolaire embarrassante au dîner d’Etat prévu ce soir avec le président chinois – que le New York Times estime semé d’embûches au regard des expériences passées – un sénateur de son propre camp se lâche un peu trop lors d’une émission politique, au risque de froisser l’hôte du jour. Lors d’un talk show d’une chaîne de télévision locale, Harry Reid, sénateur démocrate du Nevada, a brisé la langue-de-bois ambiante.

« Je vais rencontrer Hu Jintao demain. C’est un dictateur. La façon de gouverner en Chine lui permet de faire beaucoup de choses. » (voir la vidéo sur le site du New York Daily News). Des propos qui font échos à ceux du climatologue James Hansen (que nous relations hier) sur « l’efficacité » du régime chinois. Mais Harry Reid a précisé que le système américain était « le meilleur jamais construit » et s’est surtout empressé de retirer le mot de « dictateur », qui fait tâche dans le contexte actuel de conciliation entre les deux pays.

Fox News s’est d’ailleurs empressé de reprendre l’info, titrant en une de son site « Harry Reid lâche une bombe ». En attendant, Obama et Hu Jintao n’ont pas perdu leur temps puisqu’ils ont signé un accord commercial à hauteur de 45 milliards de dollars. Dans une conférence de presse ce midi, Barack Obama a affirmé que l’essor de la Chine était une « bonne chose pour le monde ». Il semblerait qu’il faille plus qu’une petite gaffe pour troubler la volonté des deux pays d’afficher leur coopération, même si sur le fond de nombreux désaccords subsistent.

Ça vaut le détour:

Révélations de Sports Illustrated sur Lance Armstrong et le dopage
Des chiffres inquiétants sur le chômage des jeunes en Angleterre (The Guardian)
– Le recrutement d’Eric Cantona au poste de directeur sportif du New York Cosmos a été très relayé par les médias anglais (The Independent, The Guardian…) , qui n’ont pas oublié « Eric the King » de la grande époque à Manchester United (à lire sur BBC News)

Facebook et Apple dans l’actu

Pour notre première sélection d’articles du jour, Facebook et Apple s’imposent. Les deux géants font parler d’eux dans les colonnes des médias anglo-saxons pour des raisons bien différentes.

Steve Jobs et Mark Zuckerberg (Flickr)

Facebook :

– Le réseau social a soulevé l’inquiétude des internautes en changeant ses options de confidentialité. La firme de Mark Zuckerberg a annoncé que les sociétés qui développent des applications Facebook pourraient désormais avoir accès à l’adresse postale ainsi qu’au numéro de téléphone portable des utilisateurs de Facebook. L’information, révélée par le blog spécialisé Sophos, a été reprise par de nombreux médias sur le web, comme dans le Guardian ou encore le Los Angeles Times. Mais entre temps, il semblerait que Facebook ait fait machine arrière et enlevé cette option pour étouffer immédiatement la polémique.

– Par ailleurs, Facebook fait l’objet d’un très intéressant article sur le site du Daily Telegraph, qui avance que les jeunes de la « génération Facebook » sont en proie à des problèmes d’addiction à l’information et aux technologies comparables à l’accoutumance aux drogues ou au tabac.

Apple:

La pomme occupe une place importante dans les médias du jour à travers son PDG Steve Jobs, qui quitte temporairement son poste pour des raisons de santé (CBNC).  Ce n’est pas la première fois que Jobs, atteint d’un cancer du pancréas en 2004, prend un congé maladie, puisqu’il avait quitté son poste pendant six mois il y a deux ans pour subir une greffe de foie. Sa nouvelle absence laisse craindre une rechute. La chaîne Fox News pose la question dans une vidéo sur son site : cette absence de marque peut-elle faire du tort à la multinationale ?

Le président chinois aux Etats-Unis:

La grosse actu du jour, c’est tout de même la visite du président chinois Hu Jintao aux Etats-Unis. Les journaux américains se demandent si les deux superpuissances vont enfin trouver un terrain d’entente sur des dossiers importants, à l’image du Time magazine. Ce dernier avance d’ailleurs que l’énergie pourrait être un thème clé de la coopération entre les deux pays. Le magazine britannique The Economist explique que le président chinois a tout intérêt à jouer la carte de l’amitié avec les Etats-Unis sachant que le sentiment anti-américain a perdu de l’ampleur chez les citoyens chinois au cours de l’année écoulée.

La dictature à la chinoise est le « meilleur espoir » pour lutter contre le réchauffement climatique !

C’est ce qu’a affirmé en substance le climatologue de la NASA James Hansen, exaspéré de voir la lenteur des débats aux Etats-Unis, notamment au Sénat, pour mettre en place des mesures efficaces contre l’effet de serre. Hansen pense que la Chine, qui se soucie bien moins du processus démocratique, est plus à même de passer rapidement une loi permettant de sauver la planète. A lire sur le Washinton Times.

Les Etats-Unis, nation d’assassins :

A l’occasion du Martin Luther King Day, jour férié célébré chaque année le troisième lundi de janvier aux Etats-Unis en hommage au pasteur noir assassiné en 1968, l’hebdomadaire Newsweek publie sur son site internet une galerie photo des grands assassins de l’histoire des Etats-Unis. Depuis le XIXème siècle, les Etats-Unis ont engendré de nombreux assassins « politiques », qui s’en sont pris notamment à des présidents en exercice comme Abraham Lincoln ou John F. Kennedy.