Hu Jintao aux Etats-Unis: un sénateur prononce le mot tabou

Alors que Barack Obama déploie des trésors de diplomatie avec le président chinois Hu Jintao, actuellement en visite à Washington, le sénateur Harry Reid a qualifié ce dernier de « dictateur » lors d’une émission politique, tentant ensuite de se raviser. Trop tard, le mot est lâché…

Harry Reid (UNLV Photo Services / GERI KODEY / Flickr / CC)

Drôle de parallèle. Tandis que le président américain Obama se préoccupe d’éviter toute gaffe protocolaire embarrassante au dîner d’Etat prévu ce soir avec le président chinois – que le New York Times estime semé d’embûches au regard des expériences passées – un sénateur de son propre camp se lâche un peu trop lors d’une émission politique, au risque de froisser l’hôte du jour. Lors d’un talk show d’une chaîne de télévision locale, Harry Reid, sénateur démocrate du Nevada, a brisé la langue-de-bois ambiante.

« Je vais rencontrer Hu Jintao demain. C’est un dictateur. La façon de gouverner en Chine lui permet de faire beaucoup de choses. » (voir la vidéo sur le site du New York Daily News). Des propos qui font échos à ceux du climatologue James Hansen (que nous relations hier) sur « l’efficacité » du régime chinois. Mais Harry Reid a précisé que le système américain était « le meilleur jamais construit » et s’est surtout empressé de retirer le mot de « dictateur », qui fait tâche dans le contexte actuel de conciliation entre les deux pays.

Fox News s’est d’ailleurs empressé de reprendre l’info, titrant en une de son site « Harry Reid lâche une bombe ». En attendant, Obama et Hu Jintao n’ont pas perdu leur temps puisqu’ils ont signé un accord commercial à hauteur de 45 milliards de dollars. Dans une conférence de presse ce midi, Barack Obama a affirmé que l’essor de la Chine était une « bonne chose pour le monde ». Il semblerait qu’il faille plus qu’une petite gaffe pour troubler la volonté des deux pays d’afficher leur coopération, même si sur le fond de nombreux désaccords subsistent.

Ça vaut le détour:

Révélations de Sports Illustrated sur Lance Armstrong et le dopage
Des chiffres inquiétants sur le chômage des jeunes en Angleterre (The Guardian)
– Le recrutement d’Eric Cantona au poste de directeur sportif du New York Cosmos a été très relayé par les médias anglais (The Independent, The Guardian…) , qui n’ont pas oublié « Eric the King » de la grande époque à Manchester United (à lire sur BBC News)